person holding red flower petals

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) ont un impact considérable sur la qualité de vie et la performance professionnelle. Ils résultent notamment d’une hypersollicitation des tissus périarticulaires, d’un manque d’hydratation et de récupération. Cette pathologie provoque des douleurs et une gêne dans les mouvements. Cela peut provoquer un handicap sérieux dans la vie privée et professionnelle. Heureusement qu’il existe des astuces et traitements adaptés permettant de soigner les TMS.

Supprimer les facteurs favorisants

Il existe évidemment de nombreux traitements pour soigner les troubles musculo-squelettiques (TMS). Néanmoins, la première approche thérapeutique repose sur la réduction des facteurs favorisants. Elle consiste à supprimer les activités qui sont à la base du trouble dont vous êtes atteint. Cela demande généralement la restriction des activités professionnelles ou l’arrêt des activités de force provoquant les douleurs.

A lire également : Comment arrive une pustulose Palmo-plantaire ?

Bien évidemment, les mouvements non douloureux peuvent être conservés. En effet, agir sur les causes favorisantes le trouble musculo-squelettique (TMS) permet une amélioration importante de la pathologie. La réduction de ces facteurs passe également par le fait :

  • de veiller à sa posture ;
  • d’éviter les gestes répétitifs ;
  • d’éviter le travail statique et stressant réalisé dans de mauvaises conditions ;
  • de limiter les vibrations fréquentes (surtout chez les chauffeurs de bus et les routiers), etc.

Le froid, le bruit, un mauvais éclairage, la fragilité physique et psychologique sont autant de facteurs auxquels vous devez aussi veiller. Noter par ailleurs que la pratique d’une activité physique à raison de 30 minutes par jour peut vous permettre d’éviter les TMS. Celle-ci permet en effet d’entretenir la souplesse articulaire et la tonicité musculaire.

A lire en complément : Comment diagnostiquer une sinusite chronique ?

Consulter un médecin

Il est bien évidemment possible de soigner les troubles musculo-squelettiques (TMS) en supprimant les facteurs favorisants. Sachez toutefois que certains TMS nécessitent une intervention chirurgicale. Dès les premières douleurs, il est donc conseillé de prendre rendez-vous auprès de votre médecin traitant.

N’attendez surtout pas la persistance, voire l’aggravation des symptômes. Ce professionnel de la santé pourra vous prescrire une radiographie et une échographie afin d’évaluer l’étendue du TMS. Selon le cas du TMS, il pourra proposer directement des injections sous la peau pour soulager la douleur.

Par ailleurs, ce dernier peut aussi vous proposer d’autres traitements adaptés à votre état, voire rediriger vers un médecin rhumatologue. Il peut aussi vous orienter vers un kinésithérapeute, un ostéopathe, un physiothérapeute ou un médecin de sport. Ceux-ci vous indiqueront notamment des exercices spécifiques d’assouplissement.

Prendre des médicaments pour soigner le TMS

Les troubles musculo-squelettiques (TMS) sont soignés avec des traitements adaptés à chaque cas. La prescription de médicaments contre la douleur est souvent nécessaire lorsque le TMS résiste notamment aux classiques antalgiques et anti-inflammatoires. Ceux-ci permettent non seulement de soulager la douleur, mais aussi d’atténuer l’inflammation.

Sachez que pour une meilleure efficacité, vous devez prendre le médicament le plus tôt possible. Il est le plus recommandé dès le début de la douleur. Parmi les médicaments, il y a le paracétamol contre-indiqué en cas d’allergie, la phénylcétonurie, l’ibuprofène, le kétoprofène, etc. Cependant, certains d’entre eux ont plus de risques d’utilisation et peuvent être responsables d’effets secondaires.

C’est pourquoi il est judicieux de respecter certaines règles si vous entreprenez un traitement médicamenteux. Ne dépassez surtout pas la dose maximale quotidienne autorisée. Suivez également la quantité et la fréquence de prise recommandées par la notice. L’intervalle minimum à respecter entre deux prises n’est pas aussi à négliger. De plus, vous devez éviter d’associer des antalgiques de compositions différents.

Les autres traitements

Les TMS sont souvent soignés par la mise au repos ou par le traitement médicamenteux contre la douleur selon le diagnostic. Il existe cependant d’autres traitements qui sont proposés. Des infiltrations peuvent par exemple être proposées dans certains cas. Elles consistent à injecter un produit dérivé de la cortisone dans l’articulation douloureuse. Il y a également :

  • la chirurgie dans certains cas ;
  • l’immobilisation par orthèses de l’articulation douloureuse pour le mettre au repos ;
  • la physiothérapie, les massages, la rééducation (notamment avec des ondes de choc), etc.

Par ailleurs, il existe aussi des traitements qui aident au processus de cicatrisation. C’est le cas par exemple de l’acide hyaluronique, utilisé en intra-articulaire et en péri-articulaire. Il faut noter aussi les traitements par plasma riche en plaquettes. Ce dernier est placé sur la zone abimée pour stimuler les cellules du voisinage et les amener à refaire exactement les mêmes tissus.