Maladie

Comment traiter la cinquième maladie ?

Le trouble bipolaire est également appelé maladie à deux visages, car les personnes sujettes à une forte humeur progressive. Cet article ne remplace pas les conseils médicaux spécialisés. Si vous soupçonnez un trouble bipolaire, veuillez consulter un médecin en qui vous avez confiance en temps opportun !

Lire également : Pourquoi devriez-vous éviter les chats pendant la grossesse ?

Trouble bipolaire : informations générales

Le trouble bipolaire est appelé cela parce que le tableau clinique est deux Connaît les caractéristiques : manie et dépression. Dans le passé, la maladie était également appelée « maniaque dépressive ». Le trouble bipolaire est l’une des maladies psychiatriques les plus courantes en Allemagne, et on estime qu’entre 1,5 et 5 % de la population est atteinte. Cependant, bon nombre de ces maladies ne sont pas détectées. Les caractéristiques du trouble bipolaire sont des sautes d’humeur complètement exagérées qui se produisent soit sans cause, soit après une certaine situation de vie. La personne affectée passe par un bain d’échange allant des cris de Himmelhoch (manie) à la mort attristée (dépression). Le cours peut être très individuel, les épisodes maniaces/dépressifs peuvent durer des jours, des semaines, des mois ou même des années. Entre les deux, il peut y avoir des phases au cours desquelles la personne concernée est complètement est exempt de plaintes.

De plus, le risque de suicide chez les personnes atteintes de troubles bipolaires est 20 fois plus élevé que dans la population générale.

A lire en complément : Comment réagir au refus de soins d'un patient ?

« Je me suis assis avec mon manager et ma famille et je leur ai parlé de la question de savoir si je devais rendre publics mes problèmes. Je savais qu’il y avait deux options. Soit je ne parle pas de mon séjour à l’hôpital et j’espère que personne ne le saura. Ou je peux en parler ouvertement et encourager les gens à demander de l’aide pour résoudre des problèmes. Et c’est ce que j’ai fait alors.»  Demi Levato, chanteuse et actrice

Le trouble bipolaire : le tableau clinique

Le côté maniaque

Une manie (du vieux gr. « manie » = colère, frénésie, folie) se manifeste par un sentiment intense de haute, de bonne humeur et de motivation personnelle accrue. La personne concernée se sent exceptionnellement créative et créative : elle est euphorique. La difficulté réside dans le fait que la manucure nie obstinément avoir un problème et qu’elle peut ensuite, dans les cas extrêmes, être envoyée dans un service fermé contre sa propre volonté. Leur propre humeur peut rapidement se transformer en irritabilité, et le patient a généralement une forte envie de parler envers les autres et est indistancé. Les sauts de pensée font tout autant partie de cette maladie que des sauts en action : beaucoup de choses sont commencées et presque rien ne s’arrête. Les barrières morales tombent également : souvent, la personne concernée se comporte très différemment de ce qu’elle est dans la l’état normal le ferait.

Le trouble bipolaire est également le résultat d’un déséquilibre des substances messagers dans le brain.

Le côté déprimé

La dépression est à l’opposé de la manie et se manifeste par une humeur dépressive, une perte d’intérêt, un manque de joie et un manque d’expression. Le disque est considérablement réduit. Le monde des émotions a disparu : la pensée, l’action et le corps sont affectés. D’autres symptômes importants peuvent être le fait que la personne concernée réfléchit beaucoup et qu’elle trouve des perspectives d’avenir pessimistes. La perte d’appétit est possible, mais aussi le contraire. Les personnes déprimées sont difficiles à concentrer et ont des troubles de l’attention et ont du mal à prendre des décisions. Après tout, des sentiments d’inutilité se produisent et des sentiments de culpabilité. Des pensées suicidaires sont également possibles, ce qui rend cet épisode de trouble bipolaire très dangereux.

Variantes de maladies

Les caractéristiques et la distance entre les épisodes dépressifs et maniaques varient considérablement. Environ un cinquième des personnes touchées subissent même des phases exclusivement maniaques ou dépressives. Le trouble bipolaire est donc divisé en plusieurs formes :

  • Trouble bipolaire I : alternance de phases dépressives et maniaques
  • trouble bipolaire II : alternance de phases dépressives et (seulement) légèrement maniaques (=phases hypomane)
  • Cyclothymie : alternance de phases dépressives et maniaques sous forme nettement affaiblie

Reconnaître la maladie

Le trouble bipolaire n’est pas facile à diagnostiquer, car la délimitation de la dépression, par exemple, n’est pas toujours claire. Par conséquent, des antécédents médicaux très détaillés (obtention de l’historique de la personne concernée) sont nécessaires. Des questionnaires normalisés sont mis à la disposition des médecins à cette fin. En raison de sa forte composante génétique, il se concentre également sur les parents. Les spécialistes formés sont généralement mieux en mesure de poser le bon diagnostic que les médecins généralistes.

Même si seul un spécialiste peut poser un diagnostic compétent, bien sûr, beaucoup souhaitent vérifier les premières indications rapidement et surtout de manière anonyme. Divers sites médicaux ont développé un auto-test à cette fin. Nous faisons un lien vers le test de netdoktor.de ici, mais vous conseillons toujours de consulter un médecin si Trouble bipolaire soupçonné !

Foire aux questions

Comment se manifeste un trouble bipolaire ?

Les symptômes physiques, tels que la perte d’appétit, les expressions faciales expressives cohérentes et la perte d’intérêt pour les activités et son propre environnement, surviennent souvent pendant les phases Down. Les personnes touchées ont un sentiment de culpabilité et se sentent dévorées par le doute de soi, tandis que l’activité exagérée se produit pendant les stades élevés et le sommeil est réduit. Dans la « phase mixte », où les épisodes maniaques et dépressifs alternent le plus rapidement possible, le risque de suicide est particulièrement élevé.

Comment se comportent les bipolaires ?

Les personnes bipolaires se comportent souvent opaques et agressives. Ils trouvent leur épisode normal et sont Ils sont exubérants ou déprimés en phase dépressive et se caractérisent par un doute de soi. Dans la phase maniaque, les personnes touchées sont souvent hyperactives, nécessitant une notification, imprudente et sans retenue. La tendance à surestimer la confiance en soi peut entraîner des conséquences financières et juridiques dramatiques. Dans les cas graves, les symptômes se développent jusqu’à des délires de grandeur et d’hallucinations. D’autre part, les personnes atteintes de troubles bipolaires sont également très créatives, comme Vincent van Gogh et Georg Friedrich Haendel.

Pourquoi avez-vous un trouble bipolaire ?

Diverses études ont montré qu’il existe une prédisposition génétique. Selon qu’un seul parent souffre d’un trouble bipolaire, la probabilité est de 10 % ou 50 % de hérédité. Un déséquilibre des substances messagers sérotonine, norépinéphrine et dopamine joue également un rôle important. Le stress et les événements traumatisants peuvent également déclencher des rechutes maniaco-dépressives, et il est également connu que la prise de certains médicaments contre l’épilepsie et le parkinsonisme, les suppléments de cortisone et la consommation de substances altérant l’esprit sont un facteur.

À quel âge le trouble bipolaire survient-il ?

Le trouble bipolaire apparaît généralement pour la première fois entre la puberté et l’âge de 25 ans. Plus tôt il se produit, plus le parcours est lourd. Les jeunes patients courent un risque particulièrement élevé de suicide. Environ 15 % des personnes touchées commettent une tentative de suicide.

Trouble bipolaire : le traitement

Dans le traitement du trouble bipolaire, différencier s’il s’agit d’un traitement aigu, pour le traitement d’entretien ou la prévention des rechutes. Dans les cas aigus, l’objectif est de réduire la pression souffrante de la personne affectée et de rétablir l’information sur la maladie. En thérapie d’entretien, la situation du patient est encore stabilisée afin de prévenir les rechutes. La prévention des rechutes est prévue à long terme et vise à prévenir d’autres épisodes de maladies. Des médicaments d’intervention sont administrés pendant un traitement aigu, comme les antidépresseurs. Les stabilisateurs d’humeur tels que le lithium sont utilisés à long terme. La psychothérapie devrait se préoccuper davantage de l’ici et du présent (maladie) que du pourquoi.

Traitement médicamenteux

Personnes atteintes de troubles bipolaires ont généralement besoin d’un traitement médicamenteux pour gérer leurs sautes d’humeur sévères et pour pouvoir vivre une vie relativement normale. Il utilise principalement des médicaments stabilisateurs de l’humeur tels que le lithium, les anti-épileptiques et les neuroleptiques atypiques, en différentes combinaisons selon l’épisode. Dans la phase aiguë, des antidépresseurs ou des sédatifs doivent parfois être administrés en plus. Il est nécessaire de suivre les instructions du médecin exactement car ajuster la dose indépendamment ou l’arrêt soudain du médicament peut avoir des conséquences graves.

Thérapie électroconvulsive

Des résultats plus rapides que le traitement médicamenteux, qui prend plusieurs semaines pour montrer son effet apporte une thérapie électroconvulsive. Bien que beaucoup de choses se fassent sur ce terme martial, il s’agit d’une méthode de traitement indolore qui est réalisée sous anesthésie générale. Les électrodes sont appliquées aux patients qui provoquent une crise de courte durée, particulièrement utilisée chez les personnes à risque de suicide aigu et présentent moins d’effets secondaires que la plupart des médicaments prescrits. Cependant, il ne convient pas à tout le monde et à tout le monde : il ne doit pas être utilisé chez les femmes enceintes, les personnes âgées et les personnes atteintes de maladies cardiaques.

Watchthérapie

Cela semble banal, mais est efficace chez de nombreuses personnes atteintes de trouble bipolaire : sous surveillance médicale, le patient reçoit une privation de sommeil pendant une nuit. Ce stabilise souvent l’état d’esprit et peut ensuite être répété à certains intervalles. Cependant, comme la réduction du sommeil peut déclencher un épisode maniaque, une administration concomitante de médicaments est utile pour réduire le risque.

Traitement psychothérapeutique

Un traitement psychothérapeutique supplémentaire est utile pour toutes les personnes affectées, car il peut analyser et modifier spécifiquement le comportement. Il est également recommandé d’intégrer des parents. La thérapie rythmique interpersonnelle et sociale (IPSR) et la thérapie axée sur la famille (FFT) en particulier se sont avérées efficaces dans le traitement des troubles bipolaires.

Trouble bipolaire : les personnes touchées

Étant l’une des maladies psychiatriques les plus courantes en Allemagne, environ 1,5 à 5 % de la population touchée par le trouble bipolaire.

Une courte vidéo explicative sur le trouble bipolaire du site psychenet.de, qui vise à éduquer et à impliquer les personnes atteintes de maladie mentale et leurs proches

Groupes d’entraide

Le trouble bipolaire est un fardeau énorme pour les patients malades, ainsi que leurs amis et les membres de leur famille. Puisque l’un des objectifs essentiels du traitement est de sensibiliser constamment le patient à un problème, plus ou moins se sont retrouvés en Allemagne. des groupes d’entraide sont formés à l’échelle nationale. Certains sont mixtes, d’autres uniquement pour les personnes touchées ou leurs proches. Plus de 140 groupes de ce type sont répertoriés sur le site Web de la Société allemande des troubles bipolaires (DGBS) e.V. Cependant, le Centre national de contact et d’information pour stimuler et soutenir les groupes d’entraide (NAKOS) peut également aider à trouver le bon groupe.

Patients proéminents (ex)

De nombreux professionnels de la culture célèbres ont souffert ou souffrent de troubles bipolaires, comme l’actrice de Star Wars Carrie Fisher. Dans les phases maniaques, ces personnes sont en forme supérieure, créatives et créatives. Malheureusement, l’écrasement de la dépression suivra à un moment donné. Beaucoup de choses ont été faites récemment au sujet des bipolaires Disruption discute alors que le rappeur américain Kanye West a révélé son projet de briguer la présidence américaine. Entre-temps, il a divorcé de sa femme également éminente Kim Kardashian.

L’actrice galloise Catherine Zeta-Jones (Titanic, Ocean’s 12, R.E.D. II) ne fait plus secret de son trouble bipolaire. « Je n’avais jamais prévu d’être aussi ouvertement à ce sujet. J’ai cette lèvre supérieure raide britannique — vous ne savez pas quelque chose comme ça », dit-elle en entrevue. Quand ça est sorti, elle savait qu’elle n’était pas la seule à avoir à s’en occuper jour après jour. « Donc, si j’ai aidé quelqu’un à parler de dépression ou de trouble bipolaire, c’est génial.

La chanteuse pop à succès Demi Levato a très tôt été aux prises avec le trouble bipolaire. Elle a maintenant géré son problème de drogue et participe à l’éducation de la maladie mentale. L’acteur et réalisateur Mel Gibson a également été confronté à des adversités similaires (Braveheart, The Passion of Christ). Sa « sortie » dans un documentaire publié en 2008 a également soulevé de nombreuses questions. Macy Gray, lauréate d’un Grammy» Award, a également une carrière réussie dans le secteur de la musique et au grand écran malgré sa maladie, qu’elle a dévoilée dans le quotidien britannique en 2007.

« Si vous traversez l’enfer, continuez à courir »

Winston Churchill , ancien Premier ministre britannique

En politique également, les cas se produisent encore et encore, bien qu’il y ait rarement une volonté de traiter ouvertement la maladie ici pour des raisons évidentes. L’exception est le politicien américain Patrick J. Kennedy, neveu du président John F. Kennedy assassiné. Il a parlé ouvertement de ses problèmes d’alcool et de son trouble bipolaire. Depuis un certain temps, il s’est également engagé à déstigmatiser les maladies mentales. L’ancien Premier ministre britannique Winston Churchill est fortement soupçonné qu’il souffrait d’un trouble bipolaire. De sources fiables, il a été transmis qu’il travaillait souvent 18 heures par jour, seulement pour tomber dans une dépression sévère par la suite.

Autobiographies et guides

Le roman de l’écrivain Thomas Melle « Le monde dans le dos » a reçu beaucoup d’éloges dans le feuilleton. Melle décrit sa propre maladie bipolaire et comment il l’a gérée dans la vie quotidienne. L’approche littéraire et la force linguistique de Melle permettent un accès nouveau, frais et différencié au trouble bipolaire.

La célèbre psychologue et écrivaine Kay Redfield Jamison a écrit de nombreux ouvrages standard sur le thème de la maladie mentale. « Mon âme agitée » et « touchée par le feu » sont particulièrement bien connues. Ce dernier a inspiré le film éponyme réalisé par Paul Dalio.