Tous les lecteurs attentifs de notre site (qui existent, je l’espère) auront remarqué que l’article « From Mint Blossoms… » du 17.01.13 s’est terminé par la promesse de fournir plus de détails ultérieurement ce que la sagesse du football « The round must square » pourrait signifier pour l’orthophonie. Il ne s’agit pas d’un moyen ludique d’inspirer les enfants présentant des troubles de la prononciation ou des limitations du développement du langage pour les exercices d’orthophonie. Au lieu de cela, la question est de savoir si et comment les trois dernières années d’enseignement technique et un diplôme universitaire (spécialisé) peuvent-ils être combinés entre eux. Depuis l’élaboration du code des professions sur la profession d’orthophoniste et orthophoniste en 1980, les conditions d’entrée ont été un sujet controversé : alors que les représentants de notre association professionnelle ont estimé que la qualification générale d’entrée à l’université comme critère d’admission est essentielle, le législateur l’a emporté avec son attitude à l’égard du la soi-disant urgence éducative qui existait à l’époque devrait être prise en compte par le fait qu’un diplôme d’études secondaires devrait suffire pour participer à une formation en orthophonie. Dans l’intervalle, la réalité ne coïncide plus avec cette réglementation formelle, car un pourcentage très élevé de candidats et donc de diplômés de la formation ont passé l’examen Abitur. Cela semble raisonnable parce que le contenu de la formation est devenu de plus en plus complexe et exigeant en raison de nouveaux développements dans les sujets de base et également par de nouvelles découvertes dans les domaines de l’orthophonie. Il n’est donc pas surprenant que l’Association fédérale allemande d’orthophonie (dbl) continue de se consacrer de plus en plus à la formation en orthophonie. Cette demande a reçu une nouvelle nourriture depuis l’objectif de comparabilité des états financiers en Europe dans le cadre du processus dit de Bologne, car dans presque tous les autres La formation en orthophonie en Europe est basée au niveau de l’enseignement supérieur (spécialisé). Au plus tard, après le Conseil scientifique allemand, recommande également que les orthophonistes — au moins un certain pourcentage de diplômés — aient un diplôme universitaire, beaucoup de mouvements sont entrés dans le paysage des écoles techniques et des universités (spécialisées). Pour cette raison, il existe maintenant de nombreuses possibilités d’atteindre l’objectif professionnel orthophoniste et orthophoniste :

— suivre une formation de trois ans sous forme éprouvée et éprouvée et travailler après l’examen d’État (et peut-être commencer des études à temps partiel — même à l’étranger si nécessaire), après avoir acquis une expérience professionnelle) ou

A lire aussi : Où puis-je trouver de l'améthyste ?

— suivre des modules individuels d’un programme d’études parallèlement à la formation, qui se poursuivra après l’examen et aboutira à un baccalauréat ou

— apprendre la profession d’orthophoniste pendant les études de premier cycle.

A voir aussi : Quand devriez-vous faire du yoga pendant la journée ?

Le L’école d’orthophonie de Kiel propose en option la première et la deuxième option en coopération avec Medical School Hamburg (MSH).

Il reste à voir comment la tendance académique se poursuivra dans les années à venir. Toutefois, en raison de la souveraineté de l’éducation des États fédéraux, il est probable qu’un programme de diplôme unifié ne soit toujours pas établi. Il serait plus difficile de noter qu’une augmentation générale des états financiers serait associée à une rémunération plus élevée — réellement souhaitable et en retard (voir article sur l’égalité salariale) — qui semble plutôt irréaliste en période de budgétisation et de pénurie de fonds dans le secteur de la santé.

Quelle que soit la direction de l’orthophonie, il faut espérer que la caractéristique de qualité particulière de la forme actuelle de formation en orthophonie restera intacte : nous parlons de la pratique complète partage au cours des trois années d’école. Cela permet aux stagiaires d’acquérir une expérience initiale dans le traitement des patients et d’apprendre les méthodes d’orthophonie dans les images de dysfonctionnement individuelles. Tout cela peut se dérouler sous la supervision étroite des orthophonistes enseignant, qui façonnent également la formation théorique et peuvent ainsi expérimenter et accompagner les étudiants dans tous les domaines. Et n’est-ce pas exactement le développement possible d’une personnalité thérapeutique qui représente un bénéfice inestimable pour les patients ultérieurs ! ?

À cet égard, tous les décideurs ne peuvent que souhaiter une grande habileté pour adapter les avantages du contenu précédent à de nouvelles structures formelles, tout comme de bons footballeurs qui encerclent émotionnellement le ballon dans la boîte. Pour qu’il finisse vraiment par être 1:0 pour l’orthophonie (et pour nos patients) et une science rapide de notre La profession n’est pas une marionnette de victoire pyrrhique.